Championnats du monde de Doha (octobre-novembre 2018)

La France rentre bredouille

Pas de médaille pour le clan tricolore aux championnats du monde de Doha mais beaucoup d’expérience et des résultats très prometteurs du côté des féminines.

Par équipes tout d’abord, Mélanie De Jesus Dos Santos, Marine Boyer, Lorette Charpy, Louise Vanhille et Juliette Bossu se hissent à une magnifique cinquième place. Il fallait remonter à l’année 1997 pour voir un tel résultat. Au concours général ensuite, Mélanie De Jesus Dos Santos n’a pas démérité. Elle termine sixième, à 2 petits dixièmes de la deuxième place. Egalement alignée sur cette finale du concours général, Lorette Charpy se classe 16eme. Un très bon résultat pour la pensionnaire du Pôle de Saint-Etienne qui avait eu une préparation écourtée en raison d’une lourde blessure contractée au visage en août dernier à la suite d’une mauvaise chute en sortie de barres.

Enfin, en finale sol, Mélanie De Jesus Dos Santos était le dernier espoir de médaille français après la finale manquée de Cyril Tommasone aux arçons où il se classe huitième (2 chutes). Mais au sein d’une finale au niveau très relevée, la jeune Martiniquaise n’a pu rivaliser avec Simone Biles, Mai Murakami et Morgan Hurd. Elle termine finalement à la sixième place.

Du côté des masculins, seul Cyril Tommasone avait passé le stade des qualifications. Après avoir fait le pari de présenter un nouveau mouvement, il passera finalement à côté de sa finale. Attendu au saut, Loris Frasca n’a malheureusement pas atteint la finale en raison d’une chute à la réception de son deuxième saut lors des qualifications. Julien Gobaux, prétendant à une place en finale au concours général, a quant à lui commis quelques erreurs qui lui ont coûté de précieux points. L’actuel meilleur généraliste français n’avait pu cacher sa déception après la compétition.

Ces championnats du monde ont en revanche souri à Simone Biles qui a remporté pour la quatrième fois le titre de championne du monde du concours général, devenant la première gymnaste à réaliser une telle performance. Malgré quelques erreurs, l’Américaine termine avec près de 2 points d’avance sur la Japonaise Mai Murakami, médaillée d’argent. Le bronze revient à sa compatriote, Morgan Hurd.
Chez les hommes, le Russe Artur Daylaloyan a remporté son premier titre mondial au concours général. Une médaille d’or qui s’est jouée sur le dernier agrès au terme d’une finale pleine de suspens. Une finale qui s’était déroulée sans Kohei Uchimura, sextuple champion du monde du concours général. Touché à une cheville, le Japonais n’avait en effet pas évolué sur les 6 agrès lors des qualifications.

Ces championnats du monde étaient également l’occasion pour les trois premières équipes masculines et les trois équipes féminines de décrocher les premiers tickets pour les Jeux Olympiques de Tokyo, en 2020. Du côté des féminines, ce sont les Etats-Unis, la Russie et la Chine qui se sont qualifiées pour Tokyo. Chez les masculins, il s’agit de la Chine, de la Russie et du Japon. Les 9 places restantes seront à décrocher lors des championnats du monde de Stuttgart, en 2019.

Comments are closed here.